Covid-19 : “On peut difficilement se passer du toucher”